Orientation

Kinésithérapie

Il masse, soulage, et rééduque le patient ayant des limitations fonctionnelles par l’application d’exercices basés sur des principes scientifiques adaptés au renforcement musculaire, à la    mobilisation spécifique et analytique des articulations et à l’endurance.

En somme la kinésithérapie c’est la thérapie par le mouvement. Ces principes se fondent sur la Thérapie manuelle et la Physiothérapie.

Le MK possède un vaste domaine d’actions et intervient dans la prise en charge des patients : du plus jeune âge (néonatalogie) en passant par l’enfant (pédiatrie), l’adulte, le sportif et la personne âgée.

Ce sont des études (relativement) courtes : 4 ans en plus de la PACES. Elle est enseignée dans des Instituts de Formation en Masso-Kinésithérapie (IMFK), qui peuvent publiques (AP-HP) ou privées (ADERF).

Les modalités d’exercices du métier de masseur-kinésithérapeute sont nombreuses et variées

  • L’activité libérale : dans un cabinet libérale seul ou associé.
  • L’activité salariale : en hôpital, clinique, en centre de rééducation, centre de réhabilitation.
  • Domaine du sport.
  • Domaine de remise en forme et bien-­être : centre thermal.

 

Maïeutique

Les compétences de la Sage-Femme sont très vastes, elles s’exercent tout au long de la grossesse, de la Déclaration de Grossesse jusqu’à 6 semaines suivant l’accouchement, voire plus dans le cas des rééducations périnéales. En effet, la Sage-Femme peut suivre une grossesse et son accouchement d’un bout à l’autre, pourvu que leur déroulement soit physiologique ; la Sage-Femme a un droit de prescription en rapport avec son exercice et ses compétences, et peut pratiquer les échographies.

Extrait du Code de la Santé Publique : « l’exercice de la profession comporte la pratique des actes nécessaires au diagnostic, à la surveillance de la grossesse, et à la préparation psychoprophylactique de l’accouchement, ainsi qu’à la surveillance et à la pratique de l’accouchement et des soins post-nataux en ce qui concerne la mère et l’enfant ».

 

Médecine

Les études de médecine sont ouvertes à tous, et comme chaque autre filière universitaire, il suffit d’avoir son baccalauréat pour pouvoir s’y inscrire. Ce sont des études longues et difficiles, sanctionnées par deux concours : un premier au terme de la première année, visant à sélectionner les étudiants, et un deuxième, national, au terme de la sixième année qui a pour but de répartir géographiquement tous les étudiants de France en fonction de leurs classements et de leurs spécialités choisies.

La première année est une année lourde, où il faut travailler sans relâche en vue du concours. Ce sont environ les 350 meilleurs étudiants qui arrivent au bout du compte en DFGSM2 (ce chiffre, le numerus clausus, varie d’année en année, et est défini par arrêté ministériel tous les ans).

Passé le concours de la première année, la deuxième et la troisième année de médecine (DFGSM 2/3) constituent un bloc pédagogique à prédominance théorique où sont enseignées les bases de la médecine. Ce sont deux années plutôt légères, puisqu’aucun concours n’est préparé, et qui sont propices à une multitude d’activités culturelles, sportives, associatives, ... L’occasion où jamais de profiter de la vie étudiante, très riche à Paris Descartes !

De la 4ème à la 6ème année, il y a l’externat. Ce sont trois années qui préparent aux Epreuves Classantes Nationales, où sont associés stages quotidiens à l’hôpital (tous les matins) et cours à la faculté (les après-midi). L’étudiant devient salarié à l’hôpital, même si ce salaire est misérable...

Après avoir passé les ECN, l’étudiant choisit sa spécialité et sa ville selon son classement et devient interne des hôpitaux où il apprend sa spécialité dans toute sa complexité. L’internat dure de 3 à 5 ans, et peut se poursuivre directement par une carrière hospitalo-universitaire. L’étudiant en médecine devient donc réellement Docteur en Médecine après avoir fait sa thèse, au terme de son internat. A cela peuvent s’ajouter une pléthore de formations complémentaires (diplômes d’université ou inter-universitaire, DESC, ASFS, ...).

Ce sont au total, de 9 à 11 ans d’études... au minimum ! On dit d’ailleurs qu’en médecine, on reste étudiant toute sa vie...

 

Odontologie

L’odontologie est une des trois professions composant le corps médical. Le Chirurgien Dentiste s’occupe médicalement de la sphère oro‐faciale : la bouche, les dents, les gencives et les maxillaires. Il soulage, restaure et veille aussi à l’esthétique d’un sourire. Il traite aussi bien les caries que les infections plus graves de la cavité buccale.

Bien que 90 à 95% des chirurgiens dentistes ont un exercice libéral, ils peuvent aussi exercer à l’hôpital dans les services d’odontologie ou dans des cliniques privées où ils peuvent pratiquer des interventions chirurgicales plus lourdes. Le chirurgien dentiste peut aussi exercer dans des centres mutualistes ou auprès du service de santé des armées, être chercheur, cadre industriel, praticien humanitaire, praticien salarié, praticien hospitalier en milieu pénitencier, mais dans tous les cas il doit être inscrit à l’ordre national des chirurgiens dentistes.

Pour soigner grands et petits, outre son habileté technique et sa dextérité, il doit faire preuve d’écoute, de tact et de psychologie. L’interface avec toutes les autres disciplines médicales est indispensable pour une bonne prise en charge. Les qualités humaines, de technicité, l’investigation et le contact, le travail et la gestion d’équipe sont nécessaires.

Les différentes voies spécialisées sont aussi nombreuses : l’orthopédie dento‐faciale, la chirurgie buccale, l’odontologie pédiatrique ou gériatrique, la parodontologie, l’implantologie, la prothèse, la santé publique,...

 

Pharmacie

La pharmacie est la science s'intéressant à la conception, au mode d'action, à la préparation et à la dispensation des médicaments. Cette dispensation prend en compte les interactions médicamenteuses possibles entre les molécules chimiques ou bien encore, les interactions avec des produits comestibles. Elle permet également la vérification des doses et/ou d'éventuelles contre-indications.

C'est à la fois une branche de la biologie, de la chimie et de la médecine.

Il existe de nombreuses spécialisations possibles pour le pharmacien, à titre d'exemple :

  • Pharmacie officinale ou communautaire
  • Pharmacie industrielle
  • Pharmacie hospitalière
  • Pharmacie clinique

 

Doubles Cursus

Les doubles cursus permettent de compléter votre ensignement dès la deuxième année de médecine, pharmacie ou dentaire. L'association AMPS propose un guide des doubles cursus scientifiques (lien ci dessous), qui permettent de faire une thèse de science. De nombreux autres cursus existent, comme l'humanité, l'anatomie, sciences politiques ou encore avec l'ESSEC.

 

Nom Télécharger
Guide de filière : Kinésithérapie - 2017-2018 Télécharger
Guide de filière : Maïeutique - 2017-2018 Télécharger
Guide de filière : Pharmacie - 2017-2018 Télécharger
Guide de filière : Odontologie - 2017-2018 Télécharger
Guide de filière : Médecine - 2017-2018 Télécharger
Attachment Guide du futur étudiant en PACES, édition 2017-2018 Télécharger
Guide des doubles cursus - 2016 Télécharger
Logo p5Logo ministereLogo agepLogo anemf