La kinésithérapie respiratoire pour la BPCO

Accueil » Santé Pratique » La kinésithérapie respiratoire pour la BPCO

Qu’est-ce que la BPCO – maladie pulmonaire obstructive chronique ?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire chronique et irréversible caractérisée par une obstruction des voies respiratoires qui limite le passage de l’air. Ces voies respiratoires sont enflammées, ce qui entraîne une difficulté à respirer qui ressemble à une sensation d’essoufflement.

Quelles sont les causes de la BPCO ?

Exposition à la fumée de tabac principalement, mais aussi à la fumée industrielle ou aux produits chimiques (nettoyage, laboratoires…), à la fumée des cuisines et/ou au chauffage au bois ou au charbon. Ceci, associé à une prédisposition génétique, peut développer une BPCO.

La BPCO est une maladie qui touche environ 10 % de la population (près d’un million et demi de personnes) entre 40 et 80 ans en Espagne, et est la quatrième cause de décès dans le monde. Malheureusement, plus de 70 % des patients ne sont toujours pas diagnostiqués.

Les coûts de santé élevés qu’elle génère, ainsi que la diminution de la qualité de vie de ceux qui en souffrent, justifient tous les efforts pour un diagnostic correct et pour parvenir à un traitement de qualité, efficace et adapté à chaque patient.

La BPCO n’est pas une maladie réversible, mais elle est diagnostiquée dans sa première phase et, grâce aux traitements disponibles aujourd’hui, elle peut être stabilisée en réduisant considérablement les limitations de la vie quotidienne du patient.

Quels sont les symptômes caractéristiques ?

La BPCO n’affecte pas seulement le système respiratoire, mais aussi les muscles, le cœur, etc. Les principaux symptômes sont respiratoires :

  • Toux chronique avec ou sans expectoration.
  • Dyspnée ou sensation d’essoufflement, généralement progressive.
  • Infections respiratoires fréquentes.
  • Respiration sifflante ou “sifflement” lors de la respiration.

Comment la maladie peut-elle s’exprimer ?

Les patients atteints de BPCO peuvent être classés par phénotype, c’est-à-dire en fonction des différentes façons dont la maladie peut s’exprimer. On propose quatre phénotypes avec un traitement différencié :

  • Non-aiguë (bronchite chronique ou emphysème).
  • BPCO-asthme mixte : patients atteints de BPCO avec une composante asthmatique importante ou patients asthmatiques dont la BPCO est compliquée.
  • Aiguë (plus de deux poussées modérées ou sévères par an) avec emphysème hyper gonflé.
  • Aiguë (plus de deux poussées modérées ou sévères par an) avec bronchite chronique.

Qu’est-ce que l’emphysème pulmonaire ?

L’emphysème implique la destruction progressive du tissu pulmonaire. Les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Dyspnée progressive.
  • Faire preuve d’intolérance.
  • Hyperinflation pulmonaire.
  • Faible indice de masse corporelle.
  • Toux, généralement non productive.
  • Une respiration sifflante ou “sifflement” (moins fréquent).

Qu’est-ce que la bronchite chronique ?

La bronchite chronique est une inflammation chronique des bronches causée par l’irritation due à des agents agressifs tels que le tabac, avec augmentation des sécrétions et obstruction des voies aériennes secondaires.

Les symptômes les plus caractéristiques sont les suivants :

  • Toux chronique avec expectoration, généralement aux premières heures du jour.
  • Dyspnée progressive.
  • Augmentation de la fréquence des poussées d’infections respiratoires.
  • Sifflement ou “sifflement”.
  • Perte de masse musculaire et fatigue.

Quels sont les avantages de la kinésithérapie respiratoire dans la BPCO ?

  • Elle améliore du drainage des sécrétions.
  • Elle prévient, traite ou réduit l’ampleur des infections respiratoires, évitant ainsi des complications telles que la pneumonie et l’atélectasie.
  • Elle améliore la ventilation et l’oxygénation pulmonaires.
  • Elle facilite l’entrée et le dépôt des médicaments inhalés.
  • Elle aide le patient à contrôler sa respiration, principalement lors d’efforts ou d’exercices physiques pour prévenir ou contrôler l’apparition de dyspnée.
  • Elle renforce les muscles respiratoires.
  • Elle permet une réadaptation à l’effort par un entraînement physique et musculaire.
  • Elle fournit au patient une éducation correcte sur sa maladie et son traitement, lui donnant la possibilité de participer activement au traitement, ce qui contribue à contrôler et à stabiliser les symptômes.
  • Elle fournit des soins palliatifs, issus du domaine de la physiothérapie, si nécessaire, pour aider à surmonter la fin de la maladie avec humanité et dignité.
  • Elle améliore la qualité de vie du patient, en réduisant les complications et les admissions à l’hôpital.

Qu’est-ce que la kinésithérapie respiratoire dans la BPCO ?

Il s’agit d’exercices respiratoires faciles que le patient fera et apprendra au bureau, puis qu’il fera à la maison tous les jours. Grâce à ces exercices, la ventilation pulmonaire fonctionnera, les muscles respiratoires et thoraciques seront détendus ou renforcés, selon les besoins, et le schéma respiratoire sera adapté ou modifié pour être plus efficace dans les efforts.

Les techniques de kinésithérapie respiratoire pour le drainage des sécrétions et ainsi faciliter leur expectoration sont également indispensables en cas d’accumulation de sécrétions et/ou d’infections fréquentes.

Le traitement de la kinésithérapie respiratoire pour la BPCO est complété par un entraînement au stress ainsi que des techniques de relaxation et de contrôle respiratoire pour vous aider à faire face à votre vie quotidienne, vous donnant une plus grande indépendance et une meilleure qualité de vie en vous aidant à réduire et à contrôler votre dyspnée.

Comme toutes les personnes ne sont pas les mêmes ou ne souffrent pas de la même manière de la maladie, il faut des séances de kinésithérapie respiratoire à la fois à la clinique et à domicile. Nous comprenons que dans de nombreux cas, les patients ne peuvent pas se déplacer ou qu’il est plus confortable pour eux de recevoir le traitement à domicile.

Dans la kiné-respiration, il faut adapter la kinésithérapie respiratoire à la personne et à sa situation à chaque instant, en faisant des séances individuelles d’environ une heure.

La kinésithérapie respiratoire remplace-t-elle le traitement médical de la BPCO ?

Non, il ne le remplace jamais, mais avec la kinésithérapie respiratoire, il sera plus efficace. La kinésithérapie respiratoire s’est avérée être une grande alliée du traitement médical pour le contrôle et la stabilisation d’une maladie aussi invalidante que la BPCO, en contrôlant les symptômes, en évitant les revenus et en améliorant la qualité de vie de ceux qui en souffrent.